Olive et Sardine

25 juillet 2011

MONTENEGRO

Les collines sont plus raides, les bois plus denses, et l asphalte se fait plus douce, nous quittons l Albanie pour le Montenegro. Si les routes sont meilleures, elles grimpent aussi. Et que ca grimpe ! Mais ce n est pas tout, elles descendent egalement... et elles remontent et elles descendent sans cesse faisant tour a tour ronchonner ou s emballer la 4L.

LA COTE

Trop tard ! Nous sommes arrives trop tard. Les fous, ils ont fait comme pour la cote d Azur et la Croatie. La cote est un gigantesque chantier de construction, les rares criques preservees sont privatives, avec 100 kilos de barbacs balkaniques pur raki ( la gnole locale) pour s assurer qu on n y mette pas les pieds.

Le travail n est pas fini cependant et notre tenacite sera finalement couronnee de succes. On cuira au soleil dans ces petites criques eloignees ou sur ces rochers qui piquent les fesses et surtout, on plongera a s en faire peter les tympans ( facon de parler...).

 

IMG_4857

 

IMG_4887

SKADDAR

Des nenuphars dans les meandres, des nenuphars dans le lac, des nenuphars plein la tete, c est Skaddar. La bas, les rivieres sinuent dans les collines comme une ecriture fine et diluee qui raconte le cours d une histoire douce et placide, les barques au fond plat ne bronchent pas plus, seules les libellules rouges nous laissent entrevoir tout un monde a decouvrir.

 

IMG_4836

 

IMG_4835

 

IMG_4839

DURMITOR

Dans le Durmitor, nous trouvons le "bois noir", le "lac noir" mais aussi un village, le sobre "Mont Noir" qui donne son nom au Montenegro. Le ciel lui est plus souvent gris, la bas, ce qui donne un peu de couleur au reste. Si quelqu un avait pu se glisser dans notre tente le second soir, il aurait d abord vu deux poissons findus encapuchonnes dans de sombres duvets a la chair orange, puis il aurait remarque que nos pieds se frottaient compulsivement comme s ils cherchaient a allumer un feu et enfin il aurait regarde nos quatre yeux comme un seul et leurs paupieres lourdes descendues pour nous proteger d un mal mysterieux. Il aurait alors compris que le soleil des jours precedants etait totalement oublie, eclipse, que rien d autre n existait que la tape furieuse de la pluie sur la toile de tente, les piquets qui se pliaient a tous les caprices du vent et cette humidite qui transpercait nos os.

De notre balade, nous n avons retenu au debut qu une seul et unique sensation : trempes, nous etions trempes. Nous ne pouvions cependant pas garder un tel souvenir d un massif qui sait si bien heberge de grandes falaises d un calcaire pur, compact, ou on aimerait gratter ses chaussons dans de si belles valles d alpage.

A bientot en Bosnie !

 

IMG_4904

 

IMG_4907

 

IMG_4913

Posté par racholive à 11:52 - - Commentaires [1] - Permalien [#]


18 juillet 2011

SURPRENANTE ALBANIE !

IMG_4807

 

Traversez l Albanie en voiture et vous comprendrez vite en quoi elle est surprenante. Fermez les yeux un instant - apres avoir lu ce passage bien sur- et imaginez, vous etes sur une voie rapide, l aiguille du compteur a passe les 80 a l heure depuis 5 minutes - il faut preciser que vous etes en descente- et la, pom pom, route cabossee. 

La premiere fois, le choc est rude puis vous vous mettez peu a peu dans la peau d un conducteur de rallye aux reflexes aiguises les 30 a l heure de moyenne mis a part. Vous etes sur une route parfaite, un trou. Au detour d un virage sur une route flambant neuve, une plaque d egout qui sort de 20 cm. Vous circulez tranquille et la route bute sur un eboulement. Une marche arriere plus tard, vous remontez le chemin le plus cabosse que vous n avez jamais vu. Ne vous inquietez pas, vous etes sur la route principale du pays, un peu l autoroute quoi. Vous croiserez aussi sur ces debris de chemin les voitures de sport et les cars pour Athenes, tout est normal !

Pour l orientation, vous vous fiez en premier lieu aux panneaux et a l etat des routes, ce qui transforme votre periple en vaste blague. La meilleure route peut s arreter d un coup sec et la route principale traverser le pire champ de nid de poules. A la fin vous decidez de parier sur la direction et vous en remettez au soleil. 365 virages et 12 minutes plus tard, vous avez perdu l appetit pour ces betises et vous laissez guider par la seule chose qui semble viable, votre bonne etoile !

Surpenante, l Albanie l est aussi par ses paysages. On ne vous parle pas ici de changements, de varietes. L Albanie que nous avons vue - il y en a surement plein d autres- est seche d arbres, aride et souvent un brin austere, ce qui frappe des l entree ou la sortie du pays. On vous parle plutot d arrangements qu on ne pourrait qualifier autrement que ... surprenants. On ne reviendra pas sur les routes mais on pourrait disserter aussi sur la place des amenagements industriels. Que dire par exemple de ces puits de petrole en plein champs ? Que dire de ce littoral sur lequel il n y a presque aucune route, de l entassement des plagistes sur les trois plages du pays ? En Albanie, il y a la route principale et il y a les routes qui menent aux villages. N essayez pas de rejoindre la mer ou la colline en face malheureux ! Vous ne pourrez jamais, aucun chemin ne depasse le premier village traverse, c est la regle d or. 

 

IMG_4798

 

Cette derniere chose vous donne un avantage pour vous faire prendre en pitie. C est ainsi que nous avons pu vivre notre premiere experience de couchferming. Pour resumer, coinces au bout d un chemin de terre pas reluisant, vous demandez de l aide a l autochtone. Un apero sur le tapis familial plus tard, a l endroit meme ou vous avez pose la question, Roco le costaud vous invite a dormir chez lui et vous passez une charmante soiree avec sa famille. Nous n oublierons pas leur gentillesse et leur hospitalite. Nous n oublierons pas non plus ces incroyables fleuves sinueux, les grands batisseurs de ce pays de grandes vallees. Seuls les ponts ou les chateaux semblent avoir voulu, un temps, rivaliser avec ces forces de la nature, mais ce temps est bien loin...

PS C est drole comme on peut etre appele a inventer une nouvelle langue et une nouvelle ponctuation avec un nouveau clavier !

 

IMG_4794

 

Posté par racholive à 17:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 juillet 2011

VIKOS

Trois jours avec la 4L et nous avons deja pris nos marques.

- Tiens un panneau Vikos, tu connais ?

- Ouais, je crois que c est bien, j ai vu une photo. Et puis, y a l air d y avoir des forets et je crois qu y a des ours.

- Les ours c est une valeur sure. On y va ?

_ On y va !

La vie est si simple en 4L... Quelques secondes prolongees et sauvetages de tortues en detresse plus tard, nous traversons une foret dense et la simple idee du potentiel de voies magmifiques a equiper dans les gorges nous donne le vertige. 

Nous nous calons finalement au bord d une riviere et profitons toute la soiree de ces multitudes de lucioles qui voletent autour de nous comme si on etait des personnages de films de Miyasaki. 

 

IMG_4774

 

 

IMG_4777

Posté par racholive à 17:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 juillet 2011

Comme des Meteores !

C est comme des Meteores que nous avons traverse la Grece avec la 4L. Non elle ne chauffe pas, on n est certainement pas en seconde dans toutes les cotes, la 4L a fait ses 500 kms pour atteindre les Meteores en .. un peu plus de 2 jours mais c est pas de sa faute, enfin presque...

Ca fait que 2 jours qu on l a mais on l aime deja cette 4L et meme si les chiens de berger peuvent largement la concurrencer, on avance surement vers notre but ultime : Marseille ! On n a pourtant cru qu on resterait coincer a Alexandropoulis tant les bus semblent passer partout sauf la ou on les attend. Claire et Charles ont finalement rejoint Istanbul apres 2 jours d apres recherches et une nuit blanche pour nous 4 en prime a attendre un bus fantome... Pour le moment, on se contente de gouter notre nouvelle liberte en profitant des bivouacs 1000 etoiles au bord des rivieres.

 

IMG_4706

IMG_4757

Posté par racholive à 18:01 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

02 juillet 2011

Vent du blog : ordinateur cassé

Nous avons réussi à alimenter le blog grâce à l'ordinateur qui nous offrait un confort certain pour nos connexions et pour écrire les textes et trier les photos.

Depuis 5 jours, il est mort, l'écran plus noir que les yeux des turcs.  Nous récupérons également la 4L de Claire à partir du 7 juillet. Ce qui nous permettra de sortir de sentiers battus et de camper un maximum nous contraindra aussi à nous éloigner du net et des ordis.

C'est pourquoi nous vous annonçons que le blog à partir de maintenant sera beaucoup moins fourni : photos et etxtes réduits au minimum.

Nous nous contenterons de vous tenir au courant des évolutions de notre voyage. Les quelques habitués pourront toujours nous envoyer des mails s'ils veulent en savoir plus.

Depuis 2 jours, nous sommes à Istanbul après avoir fait une traversée express de la Turquie en passant par la Cappadoce, Pamukkale et Assos où nous nous sommes reposés quelques jours.

 

Posté par racholive à 15:05 - Commentaires [1] - Permalien [#]


02 juin 2011

REVES BLEUS EN MER ROUGE

IMG_4032

 

A Dahab, entre le Mont Sinai et l’Arabie Saoudite, la mer rouge nous montre ses trésors : dès le masque immergé, le bal des poissons est ouvert avec en décor des coraux multicolores! On évolue au milieu d’une vie colorée aux formes surprenantes : des anémones, des gorgones, des coquillages, des poissons de toutes sortes, minuscules, petits, fins, gros, allongés ou gonflés, unicolores ou bigarrés, lisses ou ailés, ternes ou lumineux, … on ne se lasse pas d’être surpris par tant de diversité.

 

IMG_4064

(une tentative de décors marin ... encore 2mois pour tatoner en aquarelle ...)

On découvre de nombreuses déclinaisons du bleu. Le plus foncé est notre point d’arrêt, celui qui nous hypnotise, où notre imagination tourne en boucle autour de l’image du grand requin blanc qui vient jouer avec les deux petits zoms trop curieux. Mais bien heureusement pour nous, le spectacle marin s’étale tout le long de la rive, à quelques mètres seulement de la côte, sans avoir à aller chercher trop loin. Grâce aux conseils avisés d’Ivan en apnée, sa leçon et ses cours en respi, nos immersions sont de plus en plus longues et agréables, on côtoie la vie marine de plus en plus près.

 

IMG_4046

IMG_4040

 

On a vraiment pris gout à la plongée masque/tuba. Pour ceux qui connaissent bien l’père Olive, vous allez avoir du mal à croire Sardine vous témoigner l’irrésistible envie d’Olive pour l’eau et ses poissons, son enthousiasme devant sa première Raie et une « aussi grosse murène », son plaisir à suivre les bancs de poissons aux couleurs chatoyantes. Et cela, sans avoir fait le pèlerinage à Ste Catherine, sans être allé prier devant le buisson ardent du Mont Moise. A croire que toute la région du Sinai est sacrée et propice au miracle ! Bon, j’avoue que l’captaine Alex l’avait déjà bien initié aux plaisirs de la mer sur son kayak Marseillais.

 

IMG_4043

 

IMG_4055

 

IMG_4048

 

IMG_4049

 

Les yeux plein d’étoiles de la nuit à ciel ouvert à Ras Abou Galoum, de lumières de planctons scintillants dans l’eau noire du soir et de couleurs de ce monde aquatique féerique, on quitte Dahab pour Israel, les masques et tubas dans le sac.

Allez, un dernier bain en mer rouge juste après la frontière pour une entrée salée en terre sainte …

 

IMG_4053

 

IMG_4039

 

IMG_4063

 

IMG_4059

 

IMG_4057

 

 

 

Posté par racholive à 11:46 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

26 mai 2011

LOUXOR

 

S’il y a une chose qu’on comprend mieux à Louxor, c’est le culte voué au dieu du soleil Amon par les anciens égyptiens. Là-bas, il est omniprésent, on ne fait pas un mouvement sans sentir sa présence : il est le fer brûlant la plante de vos pieds, la malédiction sur votre tête nue, la marque rouge dans votre cou ; il vous fera payer chaque pas d’une grosse suée et sous le zénith, le Nil vous apparaîtra comme l’ami le plus cher.

 

IMG_3914

 Les pharaons l’ont bien compris, eux qui ont fait construire leurs mastabas 20 pieds sous terre pour couler une éternité tranquille à banqueter avec les autres dieux. Les bas-reliefs sont saisissants de vie : on croirait parfois que le passage de vie à trépas est encore en cours. Dans les tombes des nobles, on voit des représentations de la vie agricole. Quel ne sera pas votre saisissement quand vous reverrez la même scène dans un champ voisin dix minutes plus tard ! Ces hommes au nez aquilin qui tirent leur charrue avec leurs bœufs, sont-ce les mêmes que j’ai vu tantôt, vous demanderez-vous ? Les égyptiens avaient certainement le don de figer le temps et l’espace !

 

IMG_3894___Copie

Si les pharaons gagnaient le monde souterrain à leur mort, ils n’hésitaient pas à flirter avec le ciel de leur vivant. Il aura fallu des siècles et des siècles pour construire les temples de Karnak et Louxor. Le pharaon et les prêtres organisaient des cérémonies somptueuses où ils pouvaient étaler leur puissance. 3 000 ans plus tard, on n’ose à peine y croire tant cela paraît incroyable. On pense à une mauvaise farce : c’est un décor en carton-pâte d’Indiana Jones ou de Star Wars ; il n’en est rien : les blocs, les piliers et les voûtes défient l’imagination humaine parce que les constructions de Pharaon n’ont pas hésité à défier les dieux. Il est temps pour nous pauvres hères de sonder la mer rouge pour admirer les œuvres de la création !

 

IMG_3932

 

IMG_3956

Posté par racholive à 10:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 mai 2011

PYRAMIDES !

 

Des pyramides ! Nous voulons voir des pyramides ! Toutes en fait, c’est notre projet. Nous voulons voir dans la journée les pyramides de Giza, de Saqqarah et des autres sites, les pyramidales, à degré, ou rhomboïdes encore. Pas une ne doit échapper à nos yeux, à nos mains, à nos pieds. Toutes nous les observerons, les toucherons, les foulerons.

 

IMG_3808

Sauf que pour tout ça, il faut des sous et on les a oublié. Tant pis, on se contente de l’esplanade de Giza se dit-on. Se contenter ? C’est beaucoup dire tellement ces pyramides sont imposantes. On les avait déjà vues de l’avion et on avait sauté comme des gamins sur nos sièges. Et là, devant nous, elles sont trop grandes : elles ne rentrent pas même dans la photo ; elles sont trop massives ; elles sont trop parfaites ces pyramides. En fait on sait pas trop quoi dire des pyramides à part répéter le mot comme si il laissait un goût particulier dans la bouche ou bien remplissait un vide. 4500 ans qu’elles sont plantées là, sans rien demander à personne, à marquer les esprits de leur présence, rien d’autre. 4500 ans sans une ride mais rayées de balafres comme celle infligée à la pyramide de Mykérinos par ce sultan fatimide en quête de trésor, comme ces pierres enlevées à leur destin pour servir le prestige d’une autre croyance (en clair pour servir à la construction de la mosquée Mohamed Ali).

 

IMG_3817

 

Il aura fallu 23 ans à 30 000 ouvriers pour réaliser la pyramide de Khéops. Il nous aura fallu 3 heures pour gire à l’ombre de blocs colossaux, totalement desséchés, la tête emplie de rêves terrestres en forme de cônes glacés. 

 

IMG_3825

 

IMG_3822

 

IMG_3824

 

IMG_3811

 

IMG_3827

 

IMG_3828

 

 

 

Posté par racholive à 08:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 mai 2011

LE CAIRE

 

IMG_3841

 

On ne voulait passer que 2 jours au Caire : un jour aux pyramides parce que … c’est les pyramides et un jour au Caire parce qu’il le faut bien. 2 jours, pas plus, nous avons encore beaucoup de route à faire et nous commençons à compter les kilomètres et les jours, à les comparer, les mettre en relation, et c’est pas peu dire qu’à trois mois de l’échéance, on commence à trouver les roues des bus ou les hélices des bateaux bien  trop petites.

 

IMG_3838

Et puis, des fois, alors que vous êtes prêts à remonter le Nil, les amarres déjà levées, il vous prend une envie d’écouter le courant et pour peu que vous rencontriez des gens qui vous emmènent dans leur sillage et vous donnent du gîte, vous ne manquez pas de chavirer. Fabienne et César auront su nous mettre à l’aise et nous donner les clés nécessaires pour découvrir la ville.

 

IMG_3860

  1.   Le Caire, c’est chaud, ça grouille, c’est bruyant et c’est bien pour ça qu’il vaut mieux passer son temps dans les cafés. Thé à la menthe, backgammon, la vie est tout autour : il ne sert à rien de la poursuivre.     
  2.  Un égyptien est un embobineur jusqu’à preuve du contraire. Il faut avouer que nous ne comprenons toujours pas pourquoi les acteurs de film sont si nuls alors que les talents courent les rues. Ou bien fallait-il donner le change ? Un acteur doit montrer le vrai visage de son métier tandis qu’un marchand devra jouer la comédie pour faire marcher son business. La vie sinon ne serait-elle qu’une vaste comédie ?
  3. Méfiez-vous des taxis ! Ils doivent mettre le compteur, filer à une certaine vitesse, surveillez la route, surveillez leurs gestes : ils peuvent trafiquer le compteur en route,  ayez toujours de la monnaie… Ouah ! Ils sont bien plus forts que les marseillais !
  4. Y a plein de belles choses à voir au Caire pour peu qu’on s’en donne la peine. Saviez-vous par exemple que certaines parties des cimetières sont habitées ? Aventurez-vous dans ceux-ci et vous vous sentirez d’un coup projetés dans le grand Ouest. Les tombes en effet s’apparentent plus à des saloons et les allées à des rues délabrées où on ne serait pas surpris de voir se passer… quelque chose.  Les égyptiens, coptes et musulmans confondus d’ailleurs, ont l’habitude de banqueter sur la tombe de leur proche et ils construisent une pièce ou même une maison dans cette intention. Certains forcément ont pris cela comme une invitation ad vitam aeternam

IMG_3787

 

Mais ce n’est pas tout bien sûr. Etes-vous déjà montés en haut d’un minaret pour admirer le soleil bourgeonnant sur la ville ?

 

IMG_3870

Ou bien avez-vous utilisé une felluca, une de ces barques du Nil ?

 

IMG_3797

 

Avez-vous visité le musée militaire qui chante la gloire de tous les grands présidents de la nation éternelle ? Nous croirez-vous si on vous dit qu’il existe une église posée droite sur des tours romaines ?

 

IMG_3782

 

Le mieux pour découvrir le Caire est de déambuler à travers le dédale des rues comme semblent le faire tous les cairotes, s’arrêtant pour laisser passer l’âne, la carriole ou la voiture qui frôle de si près et à si vive allure, ou encore pour se faire expliquer son métier par un petit artisan. Le mieux, c’est aussi sûrement de se caler à une terrasse de café et de regarder défiler les passants comme un cortège interminable et une comédie incessante et quand on s’arrête comme ça, 5 jours passent bien vite.

 

IMG_3775

 

IMG_3865

 

IMG_3842

 

IMG_3873

Posté par racholive à 23:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 mai 2011

COUP DE MOUE A ATHENES

 

Quand on voyage un mois ou deux, on enchaîne et on enchaîne encore les réveils, les destinations et les kilomètres sans rechigner, en se disant simplement qu’on se reposera au retour même si ce n’est jamais vraiment le cas mais quand on part 6 mois, il arrive un moment où le répit paraît lointain, la moindre coupure de rythme apportant une excuse pour s’affaler, le regard dans le vide sur le premier coussin disponible.

 

IMG_3766

A Athènes, outre le maniement des gourdins, nous découvrirons sa vie nocturne faite de concerts et spectacles permanents et puis nous profiterons des journées à ne rien faire, ou plutôt à être tellement empâtés que quand nous déciderons de sortir, le soleil ne sera déjà qu’un souvenir. Nos pénates ont tout de même traîné jusqu’à l’esplanade de l’acropole qui était déjà fermée évidemment. Pas de problème ! On avait un plan de rechange. Quelqu’un qui n’entend rien à l’escalade nous a parlé de l’éventuelle possibilité de trouver un site sur une colline à l’Est, de ce côté-ci, pas loin, là-bas derrière, ajoutant à cela une chorégraphie des bras digne des meilleurs danseurs de flamenco sans toutefois qu’elle paraisse avoir un rapport direct avec ce qu’il racontait. Nous étions suspendus à la simple idée de trouver cette falaise comme si c’était le saint Graal lui-même, d’autant que les informations contradictoires nous laissaient imaginer un véritable kaléidoscope de rochers tous plus grimpables les uns que les autres. Nous avons cependant été de bien piètres quêteurs car, à force de tours et détours, de ruminations sur notre sort et sur celui des athéniens qui, les pauvres, avaient des falaises si dures à trouver, nous n’avons levé que des blocs cachés par une rangée d’arbres grâce au « Poumf ! » étouffé mais rebondi d’un crash-pad. Quelques mouvements plus tard, notre peau des doigts était assez broutée pour que nous puissions penser reprendre notre route, direction l’autre bord de la mer, plus au Sud.

 

IMG_3759

 

IMG_3757

Posté par racholive à 16:38 - - Commentaires [1] - Permalien [#]